Atelier sur l’écosystème entrepreneurial

Atelier sur l’écosystème-entrepreneurial : Daniel Isenberg

 

Port-au-Prince le 17 septembre 2018 : Un an après le Forum sur la Compétitivité et les Investissements, le Ministère de l’Economie et des Finances et la Banque de la République d’Haïti en collaboration avec l’incubateur technologique Alpha Haïti et des associations du secteur privé ont invité l’expert américain Daniel Isenberg à animer un atelier sur l’écosystème entrepreneurial et le développement du secteur privé.
Dans la perspective du suivi du Forum sur la Compétitivité et l’Investissement qui a eu lieu en septembre 2017, il s’agissait de sensibiliser les acteurs qui ont un rôle à jouer dans le développement de la croissance à travers leur capacité à bâtir un écosystème entrepreneurial robuste. Cette formation présentée par le célèbre professeur américain « Driving Economic Growth Through Entrepreneurship Ecosystems », s’est tenue dans l’incubateur Alpha Haïti du Ciné Triomphe du 13 au 15 septembre 2018.

Isenberg, l’expert en entreprenariat
Les participants étaient composés aux deux tiers d’entrepreneurs et professionnels du secteur privé, y compris universitaires et media, et pour un tiers de représentants du secteur public. « Ce sont les entrepreneurs qui trouvent et créent les opportunités, mais c’est à l’Etat qu’il revient de créer les conditions d’un marché efficace et équitable afin de faire progresser l’économie. N’oublions pas que l’Etat est un client majeur du marché » expliquait le Pr Isenberg en septembre 2017. Ainsi réunis pendant 3 jours dans l’espace de l’incubateur Alpha Haïti, les groupes constitués de tous les secteurs ont travaillé sur des cas pratiques et sur des objectifs communs à l’horizon des 6 prochains mois. « On a appris à recentrer le débat autour de la croissance, quelle que soit la source de celle-ci, qu’il s’agisse d’entreprises existantes ou débutantes, l’importance pour les différents secteurs d’un écosystème d’exécuter ensemble un projet… » partageait un entrepreneur. Un autre jeune chef d’entreprise constatait avec satisfaction comment « la communauté peut s’engager autour de « Scale up » pour la progression de tout l’écosystème ».

Scale up Haiti
Faire monter Haïti d’un cran, croire dans la croissance et en partager les progrès, tel était l’objectif de cette formation qui concrétisait les recommandations faites par Daniel Isenberg lui-même il y a un an. « Il ne s’agit pas de « l’entreprenariat débrouillardise », ponctué de milliers initiatives individuelles et isolées pour la survie, mais plutôt d’un entreprenariat tourné vers la création de richesse et de valeur ajoutée, qui s’inscrivent dans un cadre cohérent d’actions, où tous les acteurs concernés jouent pleinement leur rôle » rappelait l’expert. Sous son impulsion et avec son expertise, les 70 acteurs du secteur public et du secteur privé ont dans un premier temps évoqué les obstacles et les freins, psychologiques, sociétaux et matériels, qui entravent la croissance de leur entreprise, leur secteur ou de l’économie en général. Puis ils ont travaillé ensemble sur des études de cas et enfin, chacun des dix groupes constitués de représentants de tous les secteurs économiques et institutionnels a produit une présentation avec un projet et ses objectifs à 6 mois.

Une formation interactive et intersectorielle
Durant les trois jours de formation, les participants ont ensemble exploré la manière dont le secteur public, les institutions financières, le secteur privé, le secteur de l’éducation peuvent intégrer les différents leviers de l’entreprenariat, tels que les politiques publiques, les marchés, le financement, le capital humain, la culture et le soutien institutionnel. Ensemble, ils ont réfléchi à des plans d’actions qui permettent de concrétiser un objectif de croissance en six mois. Montrer que la croissance peut se produire très rapidement au niveau de l’entreprise, même en quelques semaines, si elle est appréhendée correctement, apprendre aux entreprises à communiquer sur leurs succès aux autres entreprises haïtiennes, sont les premiers enseignements visés par Isenberg, qui met l’accent sur l’émulation et l’optimisme que doit susciter la croissance d’une entreprise auprès de toutes les autres, avec un effet d’entrainement de toute l’économie. Une philosophie que semblaient partager les 70 participants après les trois jours de l’Atelier.

Préparer les acteurs publics et privés
Cette formation a montré son succès dans de multiples villes ou régions du monde. A chaque fois, les projets d’écosystèmes réussis impliquaient la participation d’un large groupe de leaders publics et privés, incluant des entités gouvernementales, des fondations, des entreprises privées, et des universités. Le but ultime du programme Scale Up est de stimuler la croissance économique, de créer de la richesse en favorisant l’entreprenariat et l’appui au secteur privé dans une région donnée. Cette initiative du Ministère de l’Économie et des Finances et de la BRH, en partenariat avec le Forum Économique du Secteur Privé (FESP), Sa Se Biznis Pam, l’Association des Entrepreneurs Digicel (AEDIG) et l’Université Notre-Dame d’Haïti, avec le soutien de la Banque Interaméricaine de Développement, se tenait dans l’espace de l’incubateur Alpha Haïti, qui a pour mission la formation intensive en entreprenariat et technologie.

Daniel ISENBERG est fondateur et directeur du Babson Global’s new Entrepreneurship Ecosystem Project (BEEP). Après avoir enseigné pendant 11 ans à Harvard, Columbia et autres. Il a été lui-même entrepreneur pendant 15 ans, en Israël et au Japon, un venture capitaliste pendant 5 ans, et un business angels pendant 10 ans. Il a conseillé des leaders dans pas moins de 43 pays, dont la Maison Blanche pour lancer Start Up America. Il est persuadé qu’il est possible de créer délibérément des régions propices aux start-ups.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *